Une Élue en action

 

Edito Juin 2017

 

Rassembler le plus grand nombre de parlementaires autour de son projet de quinquennat, en précisant les grandes orientations et le corpus idéologique de sa politique: tel était l'objectif de notre nouveau Président, qui avait réuni le Congrès ce 1er lundi de juillet à Versailles.

Un discours long, sans le souffle et l'enthousiasme que l'on aurait pu attendre, mais avec un contenu dense où l'on retrouvait les "classiques" du macronisme  :

- Regagner en unité et en souveraineté tout en misant sur l'Europe

- Plus de pluralisme et de proportionnalité dans la représentation nationale tout en diminuant le nombre d'élus...

- Plus de transparence pour retrouver la confiance, notamment celle des territoires

- Libérer et protéger pour accélérer l'émancipation des individus

- Légiferer moins

 

Ce Congrès ouvre donc la voie aux grands travaux annoncés pendant la campagne présidentielle et confirme la réforme des institutions que le Président de la république entend mener en la soumettant, si nécessaire, directement au vote des Français par référendum si elle ne trouvait pas un écho favorable auprès des parlementaires : rénovation du Parlement et du Conseil Economique Social et Environnemental, suppression de la Cour de Justice de la République, mise en place d'un droit de pétition...

"Efficacité, représentativité, responsabilité" étant les trois mots d'ordre de cette transformation institutionnelle.

Le lendemain, Édouard Philippe a repris la copie et détaillé la feuille de route à l'Assemblée nationale. Au Sénat, simultanément, c'est Gérard Collomb qui s'est livré à l'exercice de lecture.

Et quels détails ! Du paquet de cigarettes à 10€  à la hausse de la CSG, en passant par la réforme du Bac, la politique familiale, le retour du service national et la baisse de 3 points des dépenses publiques...

Beaucoup de points abordés, de dépenses à engager, mais peu de considération pour les "territoires" et peu d'informations sur le déroulé des actions, si ce n'est la conférence nationale des territoires annoncée pour mi-juillet et dont la première réunion pourrait avoir lieu au Sénat.

Le calendrier est serré puisque le gouvernement entend atteindre bon nombre de ses objectifs dès la première année; le Président et son Premier Ministre s'engageant à venir faire un bilan chaque année devant le Parlement.

Des réformes que le Sénat examinera avec la hauteur de vue et la vigilance qui le caractérisent.