Une Élue en action

Edito Mars 2017

 

 Relancer l'Europe, renouveler l'esprit de Rome! 

 

Samedi 25 mars, les États membres de l'Union européenne ont célébré le 60ème anniversaire du Traité de Rome. 

« Prouvez aujourd'hui que vous êtes les dirigeants de l'Europe », a lancé le président du Conseil européen, Donald Tusk, aux 27 chefs d'État et de gouvernement réunis au Capitole, à Rome, dans la salle des Horaces et des Curiaces où avait été signé le traité fondateur de l'Union européenne le 25 mars 1957. 

Ce même jour en 2017, des milliers de pro-européens ont manifesté pour clamer leur attachement à l'Union et appeler les dirigeants à un renouveau européen. 

Cet anniversaire, marqué par le divorce du Royaume-Uni, la montée des mouvements populistes et obscurci par le sentiment que les dirigeants européens ont échoué, est l'occasion, peut-être ultime, de se rassembler et de relancer la dynamique européenne. 

En ce sens, le Sénat a travailler sur un rapport d'information : "Relancer l'Europe : retrouver l'esprit de Rome", présenté par Jean-Pierre RAFFARIN et Jean-BIZET, au nom du groupe de suivi sur le retrait du Royaume-Uni et la refondation de l'Union européenne. 

C'est aux dirigeants de l'Europe, aujourd'hui en panne de vision et de leadership, menacée de dislocation et de fragmentation, que s'adresse cette "feuille de route". 

Elle préconise un urgent "sursaut européen" pour refonder une Europe puissance, une Europe compétitive et créatrice d'emplois. 

- L'Europe doit se concevoir et agir en tant que puissance, en renforçant la défense de l'Europe, la lutte contre le terrorisme, les réponses à la crise migratoire (Schengen, contrôle des frontières extérieures...) et en défendant mieux ses intérêts commerciaux. Il faut stabiliser les contours de l'Union en assumant une pause dans l'élargissement. 

- L'Europe doit se fixer pour priorités la compétitivité et la création d'emplois, inventer des projets nouveaux pour la croissance (numérique, union de l'énergie, etc.) La reconquête industrielle, l'investissement et l'emploi doivent pouvoir se développer dans une juste et loyale concurrence entre les pays de l'UE. Pour cela, l'Union européenne doit revoir la gouvernance de l'euro, sa politique de convergences monétaires et budgétaires. 

- Pour une Europe lisible et proche, l'Union doit se recentrer sur l'essentiel, là où sa plus-value réside. Simplification et subsidiarité sont désormais des impératifs. 

Le Conseil européen doit définir les priorités de l'action. La mission de contrôle des parlements nationaux doit être confortée. 

Ainsi pourrons-nous, peut être redonner à nos concitoyens, le goût et la confiance en l'Europe !