Une Élue en action

En faisant le point sur la commercialisation des bois, l’Union Régionale des Communes Forestières de Bourgogne Franche-Comté, réunie lundi 22 octobre à Dijon, s’est inquiétée du volume de bois scolytés constaté dans la région.

Environ 320 000 m3, dont la moitié en forêt publique (75% de la récolte annuelle), sont touchés par la maladie. Arbres aux feuilles jaunies, racines coupées, même le second plateau du massif jurassien n’est pas épargné par la prolifération du scolyte, un insecte qui attaque l’épicéa.

Même constat dans les Pays de l’Est (Allemagne, Autriche, Pologne, République Tchèque), avec de surcroît les impacts de la peste porcine en Belgique et la suspension de toutes activités forestières prise par arrêté préfectoral dans trois départements du Grand-Est.

Cette crise de niveau européen fragilise fortement les marchés (boycott, lots invendus, baisse des prix à la fois en bois vert et en bois sec) et rend la négociation difficile des accords-cadres.

Dans ce contexte, les représentants des communes forestières s’interrogent sur la stratégie à adopter pour, d’une part, tenter de juguler l’épidémie et, d’autre part, réduire ses conséquences économiques.

Ils proposent d’agir :

- sur les volumes proposés dans les ventes publiques, sur le mode de vente et le niveau des prix de retrait ;

- sur les contrats d’approvisionnement (volumes, qualité) ;

- sur les difficultés liés à l’export de bois vers le sud-ouest et l’Italie;

Enfin, il est rappelé que l’évacuation des épicéas scolytés est une obligation légale.

Copyright © 2018 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public