Une Élue en action

J'ai attiré l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la baisse programmée des dotations horaires de plusieurs collèges de son département et notamment de la Haute Côte-d'Or, à la rentrée 2015.

Ces restrictions sont injustes, car elles se fondent sur des baisses minimes, de quelques élèves. En regard, leurs conséquences seront disproportionnées car lourdes pour les élèves, les établissements, les enseignants et, finalement, les territoires. 

Si elles s'appliquent, elles seront préjudiciables tant à la qualité de l'enseignement dispensé aux élèves du territoire, qu'à l'avenir des petits collèges ruraux de proximité. En effet, des établissements comme ceux de Châtillon s/ Seine, Montbard, Saulieu, Semur-en-Auxois, Liernais, Laignes et Recey-sur-Ource et même Bligny-sur-Ouche, appartiennent tous à des territoires fragilisés par une baisse de la démographie, liée à un contexte économique défavorable et une situation géographique peu attractive pour les enseignants. Même si chacun convient d'une diminution des effectifs pour la rentrée 2015, il serait équitable de prendre en compte les problématiques de ces établissements ruraux isolés dans le calcul et la répartition de la dotation horaire globale. 

Je concède que le contexte général entraîne des restrictions budgétaires. Il est toutefois primordial de ne pas accentuer les fragilités apparentes par des diminutions disproportionnées au regard des baisses des effectifs, qui entraîneraient la suppression de deux, voire trois divisions et perturberaient la cohésion des équipes pédagogiques. Les choix du ministère mettraient en péril la qualité des enseignements obligatoires, la stabilité et le dynamisme des équipes pédagogiques ainsi que la pérennité du dispositif d'accompagnement éducatif, au seul bénéfice des zones urbaines sensibles et des réseaux d'éducation prioritaire. 

Pour toutes ces raisons, je juge urgent que Mme la ministre tienne compte, à leur juste mesure, des spécificités des établissements ruraux isolés, dont l'équilibre et le fonctionnement ne peuvent répondre uniquement à une lecture comptable et financière. Je lui demande ce qu'elle compte faire pour préserver de bonnes conditions d'enseignement des collégiens en zone rurale.

Copyright © 2019 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public