Une Élue en action

Cette année, comme de nombreux agriculteurs français, les céréaliers côte d’oriens (dits des zones à faible potentiel) ont une quadruple punition : de mauvais rendements, une qualité en baisse, des prix bas et une concurrence internationale exacerbée. Tout ceci laisse augurer de gros problèmes de trésorerie à la rentrée.

Une très mauvaise nouvelle pour l’économie locale dans un contexte où les cultures du département ont subi d’importantes intempéries au printemps et où les céréaliers sont constamment sous pression face à une stigmatisation des produits phytosanitaires.

Avec l’excès d’eau, les premières récoltes se déroulent dans des conditions difficiles... 
La récolte d’orges d’hiver a débuté fin juin en Côte d’Or. Les premiers échos sont décevants et effacent les belles promesses d’il y a quelques mois. Une tendance qui risque de se généraliser dans l’ensemble des grandes cultures.

Les céréaliers voient se préfigurer une mauvaise moisson 2016.
 La récolte attendue est en baisse de près de 20% pour la Ferme Côte d’Or. 
Une situation qui va mettre en péril bon nombre d’exploitations céréalières et amputer l’économie locale de 120 millions d’euros.

Les parlementaires de la Côte d’Or avaient rendez-vous sur une parcelle d’essai à Flagey-Echezeaux pour découvrir les dégâts causés par l’apparition de maladies dues à l’humidité et au manque d’ensoleillement.

Nous avons mesuré le désarroi profond d'une profession qui subit crise après crise depuis plusieurs années. 
Nous relayerons les demandes de soutien lors des prochains arbitrages avec le Ministère de l’Agriculture.

Copyright © 2020 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public