Une Élue en action

Perché sur sa colline dans l’Auxois, Flavigny-sur-Ozerain, 317 habitants, ancienne cité médiévale au charme pittoresque, est classée parmi les 100 plus beaux villages de France. Par vent d’ouest, un souffle anisé s’échappe de la fabrique d’Anis et se diffuse dans tout le village.

La fabrique familiale et artisanale est située au cœur de l’ancienne abbaye. Ce sont probablement les moines bénédictins qui ont élaboré la recette de l’Anis de Flavigny, en remplaçant l’amande au cœur des dragées par la graine d’anis vert, rapportée de Syrie par le grand voyageur romain Flavien.

Fidèle à la recette d’origine, l’entreprise a développé au fil du temps sa production (30 tonnes en 1900, 80 tonnes en 1923, 250 tonnes aujourd’hui), ses lieux et modes de commercialisation (distributeurs automatiques gares et métros, magasins, fêtes foraines et cinémas…) partout dans le monde.

Depuis 1990, Catherine Troubat, à la tête d’une équipe de 32 personnes, continue de perpétuer la tradition des Anis de Flavigny.
 Avec détermination et simplicité, elle poursuit la stratégie de développement commercial de la société, en lançant une gamme certifiée bio et une gamme « pocket ». En implantant la vente des Anis dans les animaleries et les kiosques d’aéroport, elle ouvre de nouvelles perspectives de fabrication et de marchés pour le petit bonbon.

C’est grâce à l’export que la chef d’entreprise réussit à diversifier sa clientèle et sa gamme en créant de nouveaux arômes. Les Anis de Flavigny sont distribués dans le monde entier !

Fortement attachée au village, Catherine Troubat, cherche à s'adapter et à agrandir l’espace de production, une démarche rendue difficile du fait des normes imposées.
 Elle s’est déjà heurtée à plusieurs refus administratifs. 
Aujourd’hui, grâce au soutien de la municipalité, le dossier semble en bonne voie, mais la mobilisation des partenaires locaux est nécessaire face aux réalités économiques et environnementales auxquelles l'entreprise est confrontée.
 La hausse du prix du sucre et la préservation de la qualité de l’eau risquent en effet d’influer.

Veillons ensemble à préserver et soutenir ces acteurs économiques qui sont « la carte postale gourmande de la France ».

Copyright © 2020 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public