Une Élue en action

Après avoir remis en cause unilatéralement en aout 2014, le contrat d'objectifs et de performances qui le liait à l'ONF et aux communes forestières, l'Etat cherche toujours à faire payer aux communes le déficit d'un Office qui n'a pas su, à ce jour, se restructurer et s'adapter aux réalités économiques et financières actuelles.

L'enjeu : sa survie même puisque les communes ne sont plus prêtes à renflouer éternellement le tonneau des danaïdes.

A l'occasion de ce congrès, les élus ont manifesté leur opposition à toute nouvelles charges imposées aux communes.
Ils souhaitent une réorganisation en profondeur de l'Office, un arrêt des initiatives concurrentielles, engagées il y a quelques années et qui se révèlent largement déficitaires, une réelle prise en compte par l'Etat des missions d'intérêt général assurées par l'ONF, notamment sur les immenses territoires ultra-marins qui sont actuellement financés par les communes forestières plus que par la solidarité nationale...

Autant de points d'équilibre à trouver pour que l'Office assume cette mission centrale espérée par tous : être un véritable outil de développement durable et de valorisation des forêts publiques françaises.
Le Ministre Stéphane Le Foll, présent en fin de matinée, a semble t'il, entendu cette attente.
Il a pris l'engagement auprès de la Fédération Nationale des Communes Forestières que les efforts demandés aux communes porteraient essentiellement sur une plus grande mobilisation.

Une avancée dans les débats mais beaucoup reste à préciser:

- Comment mobiliser plus dans le Morvan ou en Côte d'Or, sans fragiliser les routes, les sols...


- Mobiliser plus, coûte plus!

Si au final cela se traduit par une baisse de la DGF des communes concernées, quel intérêt pour ces dernières ?

Il faut un contrat gagnant/gagnant, Monsieur le Ministre!

Copyright © 2020 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public