Une Élue en action

La sénatrice Anne-Catherine LOISIER et le Député Rémi DELATTE, alertent sur la situation de l’entreprise dijonnaise JOHNSON & JOHNSON SANTÉ BEAUTÉ FRANCE, menacée par un transfert de ses activités au siège d’Issy-les-Moulineaux d’ici quelques mois.

 

L’établissement dijonnais, bâti sur le rachat des Laboratoires Vendôme en 2006, est tourné vers la commercialisation et le marketing des produits, avec des marques phares « Le Petit Marseillais » et « Neutrogéna », plutôt prospères.

 

Le projet envisagé consiste pourtant à supprimer le site de Dijon, installé depuis 2008 dans la zone d’activité de Valmy et qui emploie une centaine de salariés.

 

« Vouloir délocaliser l’entreprise dijonnaise dans un objectif de pure profitabilité fait fi de l’avenir de la centaine de salariés concernés et de nombreux emplois indirects. C'est une décision qui va lourdement impacter la Côte-d'Or », affirment les parlementaires.

 

« Entreprises, salariés et élus doivent rechercher de nouveaux équilibres, qui ne soient pas uniquement fondés sur la recherche du profit maximum à court -terme; sans quoi le risque de déstructurer l’activité économique en province et de concentrer les emplois dans les grandes métropoles est bien réel », dénoncent les parlementaires, mobilisés sur le dossier.

 

Alors que la phase de négociation avec les dirigeants est en cours avec les représentants du personnel, ils ajoutent : « Nous faisons preuve de la plus grande vigilance auprès de la direction du groupe pour éviter la casse salariale. Nous lui demandons de proposer des solutions adaptées et d’offrir les meilleures garanties à tous les salariés, qu’ils décident de poursuivre ou non leurs activités en région parisienne.