Une Élue en action

Lors d’une séance de questions au gouvernement, j’ai interrogé le Ministre de l’économie et des finances sur les sanctions imposées par les Etats-Unis en rétorsion de la taxe « GAFA ».

En octobre dernier, le président Trump a annoncé plus de 7 milliards de dollars de taxes punitives sur les produits européens.

Cette annonce intervenait après le feu vert de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'institution ayant évalué les dommages pour les États-Unis du fait des subventions accordées à Airbus par l'Union européenne. Il s'agissait de la plus lourde sanction jamais imposée par l'OMC.  En parallèle, les Européens ont dénoncé plus de 19 milliards de dollars de subventions octroyées à Boeing par le gouvernement américain. Ils attendent que l'OMC leur fixe le montant de l'amende à infliger aux États-Unis.

Dernièrement, la taxe GAFA a failli relancer l'escalade des taxes punitives, le président américain menaçant la France de 2 milliards de nouvelles taxes, avant que le Président Macron ne décide d'y surseoir !

Faiblesse ou lucidité ?

Où va nous mener cette escalade de sanctions dans la guerre économique qui oppose désormais tous les pays, jusqu'au sein même de l'Union européenne ?

Il y a quelques semaines, le ministre avait déclaré que nous serions prêts, avec nos partenaires européens, à y répondre de façon ferme.

Mais aucune position européenne en matière de taxation des GAFA n'est venue conforter la France à ce jour ?

La désunion européenne savamment orchestrée par les Etats-Unis pour mieux imposer sa domination économique semble porter ses fruits.

En attendant, ces taxations punitives à répétition affectent durablement l'économie européenne et mettent en difficulté un grand nombre des entreprises françaises.

Les producteurs de vins français estiment le préjudice à plus de 250 millions d'euros par an et ils craignent un effondrement global de leur activité : d'abord des pertes de ventes, puis, plus grave, des pertes de marché par déréférencement. Ils expliquent que les sanctions ont été prononcées sur des marchés pour lesquels les États-Unis ont déjà des produits de remplacement.

Pourtant, nous savons bien que ces sanctions sont à double tranchant, même pour les États-Unis. Par exemple, les chaînes de production des deux constructeurs aériens Airbus et Boeing, sont complètement mondialisées et les sous-traitants présents dans tous les pays.

Vous pourrez retrouver la question et la réponse du Ministre en cliquant sur ce lien : https://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ19121071G&idtable=q369820|q369266|q367024|q358994|q353858&_c=loisier&na=QG&rch=qs&de=20170302&au=20200302&dp=3+ans&radio=dp&aff=sep&tri=dd&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn

Copyright © 2020 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public