Une Élue en action

Simplification. Équité. Équilibre financier. Ces trois objectifs sont au cœur des recommandations du Sénat sur les retraites depuis plus de 20 ans. 

Notre système de retraite repose sur un paradoxe : alors qu’il a connu depuis 1993 une série de réformes paramétriques qui ont permis de ramener la trajectoire financière des retraites proche de l’équilibre sans toutefois l’atteindre, les Français continuent à une très large majorité (plus de 80 % selon le dernier baromètre de la Drees) d’être inquiets pour l’avenir de leur retraite.

Si cette défiance fragilise la solidarité entre les générations au cœur du principe de répartition sur lequel repose notre système, la réforme systémique doit être l’occasion de redéfinir les règles d’un partage équilibré de l’effort contributif permettant de rendre pérenne le financement de nos retraites.

Après une longue phase de concertation avec les partenaires sociaux et les responsables des 42 régimes de retraites, Jean-Paul Delevoye, Haut Commissaire aux Retraites, a rendu sa copie.

Le Haut Commissaire a toujours affirmé que la réforme systémique se ferait à enveloppe constante (300 milliards environ). Il confirme que l'équilibre du système de retraites se situera à 64 ans en 2025, alors que l'on sait que l'âge moyen de départ à la retraite est aujourd'hui de 63,4 ans. Tout en permettant de partir à 62 ans si on estime avoir un nombre de points suffisant, à 60 ans pour les carrières longues, avec la prise en compte de la pénibilité. Le taux de cotisation restera identique à 28% pour les salariés et des aménagements sont à prévoir pour les indépendants.

Pour ceux ou celles - car ce sont surtout des femmes - aux carrières hachées, ils pourront partir dès 64 ans à taux plein, au lieu de 67 ans actuellement. Pour les familles, une majoration de 5% est prévue dès le premier enfant, contre 10% au troisième enfant aujourd'hui. Avec la fin des régimes spéciaux et un minimum vieillesse à 85% du SMIC (contre 81%), les propositions de Jean-Paul Delevoye cherchent à répondre aux souhaits de justice et d'équité des Français, tout en respectant les acquis, avec une longue transition de 15 à 20 ans pour les actifs.

Le projet de loi sera longuement débattu d'ici la fin de l'année 2019 avant un vote au Parlement en 2020.

 

Copyright © 2019 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public