Une Élue en action

Lors de la séance de questions au gouvernement du 4 avril, j’ai interpellé le ministre sur la nécessité d’agir rapidement en réponse à la crise des scolytes. 

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, les forêts ne sont pas immuables. Elles sont vulnérables et requièrent toute notre attention. 

Les forêts dont nous profitons à ce jour sont le fruit des choix et du travail des générations passées. Aujourd'hui, nous exploitons, mais nous ne plantons plus suffisamment : 80 millions d'arbres sont plantés par an en France, contre 300 millions en Allemagne et 1 milliard en Pologne. D'où les crises d'approvisionnement, notamment du chêne, et les importations de résineux.

Face à ces usages multiples de la forêt et du bois, face aux changements climatiques, vous le savez, monsieur le ministre, la forêt a besoin en urgence d'une politique forestière volontaire et d'un fonds stratégique alimenté à la hauteur des besoins. Fragilisées depuis plusieurs mois par des déficits hydriques et des températures particulièrement clémentes, nos forêts sont victimes d'attaques de parasites et subissent des crises sanitaires d'ampleur.

Le sujet pourrait paraître secondaire, sauf qu'il concerne déjà plus de 1 million de mètres cubes d'essences résineuses, soit 30 % de la récolte annuelle dans les seules régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est.

Toute l'Europe du Nord est touchée, ce qui risque d'engorger les marchés, de faire chuter les cours, de mettre en difficulté nos entreprises et de déstabiliser durablement l'approvisionnement de secteurs stratégiques ; je pense à la construction, secteur pour lequel la France importe déjà.

Au-delà des pertes économiques, estimées à 71 millions d'euros en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Grand Est, l'impact environnemental lié aux risques d'incendie ou aux coupes rases sur des milliers d'hectares est également majeur.

Monsieur le ministre, pour enrayer ces phénomènes, les professionnels de la filière attendent en urgence de votre part la mise en place d'un plan de transport longue distance permettant d'évacuer rapidement les bois scolytés des régions productives vers les régions demandeuses, et ce avant que le parasite ne se multiplie et ne ruine toutes les parcelles. Ils attendent également un accompagnement pour le reboisement adapté des milliers d'hectares rasés.

Qu'avez-vous donc prévu, monsieur le ministre, pour accompagner la filière forêt-bois face à ces urgences économiques et sanitaires ?

Copyright © 2019 ANNE CATHERINE LOISIER - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public