Une Élue en action

Le groupe de travail « artificialisation » du Comité pour l’économie verte a repris ses travaux au début du mois. 

 

Ce groupe que je co-préside, a pour objectif d’analyser le phénomène et de proposer des moyens d’éviter, de réduire et de compenser l'artificialisation des sols.

Il s'inscrit dans la perspective de la prochaine Loi biodiversité.

En effet, les conséquences environnementales des choix d'urbanisme sont majeures, notamment en matière d’imperméabilisation des sols et donc de risques d'inondations, de perte de biodiversité ou encore de réduction des surfaces agricoles.

La Côte d'Or fait figure de "bon élève" en ce domaine et maîtrise relativement bien a ce jour l'urbanisation et donc l'artificialisation de ses sols...