Une Élue en action

Afin de mettre en lumière son rôle dans le maintien de la biodiversité végétale, floristique et faunistique de nos territoires, une proposition de résolution a été adoptée par le Sénat.

 

Exposé à de nombreux risques et contraintes au même titre que le monde agricole, le pastoralisme est en outre frappé par la recrudescence des actes de prédation de tout type (loup, ours, lynx...). L'annonce de la réintroduction dès octobre d'ours dans les Pyrénées  ravive les inquiétudes des éleveurs et le sentiment de ne pas être entendu.

Cette proposition attire l'attention du Gouvernement sur la situation inquiétante du pastoralisme et souligne les réponses pragmatiques et innovantes qui peuvent lui être apportées : l'amélioration de la connaissance sur l'éthologie de ces espèces, une gestion intra-européenne des prédateurs, la refonte du système d'indemnisation des éleveurs, l'utilisation raisonnée des mesures de protection des troupeaux ou encore le développement de mesures alternatives aux tirs de prélèvement pour écarter les loups des hommes.