Une Élue en action

Fin mai, j'ai interrogé la ministre des solidarités et de la santé sur la mise en œuvre de la création du statut d'infirmier de pratique avancée.

 

La loi de 2016 de modernisation de notre système de santé prévoit la création d'un statut d'infirmier de pratique avancée. Il s'agit de créer une profession de niveau master (bac +5), à mi-chemin entre les infirmiers (bac+3) et les médecins (bac+8), disposant d'une plus grande autonomie d'actions et de décisions.

L'intérêt de cette mesure dans les zones sous-dotées n'est plus à démontrer. Ces infirmiers pourront notamment participer au suivi des maladies chroniques, fréquentes dans les populations vieillissantes et rurales.

Ce statut existe depuis longtemps, dans d'autres États (Royaume-Uni, Canada, Irlande...) et permet aux infirmiers-cliniciens de poser des diagnostics, de prescrire, d'interpréter des examens, de faire des ordonnances de produits pharmaceutiques et d'accomplir certains actes médicaux précis, dans leur domaine défini par la loi.

En l'absence de décret d'application, ce dispositif ne pouvait être mis en place. C'est aujourd'hui chose faite avec le décret n°2018-629 du 18 juillet 2018 !