Une Élue en action

Vingt-cinq pays de l’Union européenne ont approuvé mardi  6 mars à Bruxelles une première liste de 17 projets dans le cadre de la Coopération structurée permanente (Pesco), leur pacte de défense entériné en décembre dernier.

 

Parmi les projets approuvés figurent la construction de véhicules blindés d’infanterie et de drones sous-marins détecteurs et destructeurs de mines, ainsi que la création d’un commandement médical européen.

Trois membres de l’Union ne participent pas à la Pesco : le Royaume-Uni, qui doit quitter l’UE fin mars 2019, le Danemark et Malte. Les signataires ont repoussé à la fin de l’année leur décision sur les modalités selon lesquelles les pays non membres de la Pesco pourraient s’associer à certains projets.

La Grande-Bretagne, qui a toujours combattu l’idée d’une intégration européenne dans le domaine de la défense, aimerait toutefois ne pas être tenue totalement à l’écart de la nouvelle structure, notamment pour ce qui concerne les programmes d’armements.