Une Élue en action

Une commission d'enquête sur l'état des forces de sécurité intérieure a été constituée au Sénat le 30 janvier.

 

65 membres des forces de l’ordre ont mis fin à leur vie depuis le début de cette année. Ces drames à répétions sont en augmentation.

Leurs causes sont multiples mais sont largement l'expression de la détresse des forces de l’ordre face à des situations de plus en plus difficiles. La violence et l’absence de respect de l’autorité se banalisent. La surcharge de travail, l’accroissement des risques professionnels, l’obsolescence des équipements,  et une chaîne pénale qui fait parfois défaut sont autant de facteurs de fragilisation des forces de l’ordre.

Les réponses du gouvernement -soutien psychologique, cellule de veille…- s’intéressent principalement aux conséquences de ces drames et ne prennent en compte les "racines" du malaise des forces de l'ordre.